Financer ma formation avec la CAF

Financer ma formation avec la CAF

financer ma formation avec la caf

Vous êtes bénéficiaire du RSA et vous vous demandez : Comment obtenir une aide de la CAF pour vous inscrire à une formation ?
En effet, en tant que bénéficiaire du RSA, il existe des moyens de financement pour votre projet de formation. On vous détaille tout ça !

Retrouvez également notre Guide complet pour financer votre formation.

Financer ma formation avec la CAF

 Quel est le rôle de la CAF ?

La Caisse d’allocations familiales est née à la fin de la Seconde Guerre mondiale et constitue la branche famille de la Sécurité Sociale. Elle a le pouvoir d’octroyer une aide financière aux familles nécessiteuses dans un cadre légal est sa mission.

Les prestations de la CAF ont pour fonction : l’aide aux familles, l’aide au logement et l’allocation de revenu minimal. Les critères d’éligibilité à ces diverses aides sont définis par la loi. Selon sa situation personnelle, toute personne peut y prétendre, à condition de remplir les conditions légales.

La CAF peut verser une prime d’activité :

  • Aux demandeurs d’emploi qui perçoivent une allocation de solidarité ou le revenu de solidarité active (RSA),
  • Aux travailleurs dont la rémunération (à temps plein) ne dépasse pas 1,2 SMIC. 

Toutefois, la CAF n’a pas pour mission le financement de la formation professionnelle. Et cela, même si elle verse des prestations aux personnes sans emploi.
En effet, la CAF n’est pas un organisme qui a des 
compétences financières qui lui permettent la prise en charge de l’insertion professionnelle des demandeurs d’emploi bénéficiaires du RSA.

 La CAF et le RSA

La CAF est chargée de l’étude des demandes du RSA, de son versement mensuel et du suivi administratif des bénéficiaires. 

Effectivement, le RSA est un revenu de solidarité versé aux personnes au chômage en fin de droit et ne touchant pas l’allocation de solidarité spécifique (ASS).
Elle leur assure un minimum vital en fonction de leur situation familiale. Depuis le 1er avril 2020, son montant est de 564,74 euros pour une personne seule et de 847,7 euros pour un couple. 

Ainsi, pour être éligible, les conditions ci-après doivent être remplies : 

  • être français ou résider légalement en France depuis au moins 5 ans pour les étrangers ;
  • avoir au moins 25 ans et au plus l’âge minimum légal de départ à la retraite ;
  • ne pas être étudiant, stagiaire, en congé parental ou sabbatique sauf si l’on élève seul un enfants ou plusieurs.

Par ailleurs, concernant les jeunes de moins de 25 ans au chômage et sans revenus, il leur est consacré un dispositif spécifique : le RSA jeune. Les demandes sont à faire auprès du site internet de la CAF, dans les locaux de la CAF du lieu de résidence ou par courrier. L’attribution du RSA est faite pour 3 mois et se renouvelle sur la base des déclarations trimestrielles du bénéficiaire. 

📍 Faire votre demande à la CAF

 

 L’insertion du bénéficiaire

Outre l’octroi d’aides Financières, les bénéficiaires du RSA jouissent d’un accompagnement pour leur réinsertion :

  • soit dans un Projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE),
  • soit dans un Contrat d’engagements réciproques (CER).

Il est affecté à l’allocataire un référent unique. Sa mission est de l’aider à remplir ses obligations et à retrouver du travail. Ce référent peut être, selon les cas, une assistante sociale ou un agent de Pôle emploi. Dans le cadre de l’orientation professionnelle du bénéficiaire, il pourra envisager avec son référent un projet de formation en vue de faire évoluer ses compétences avec le soutien de l’APRE.

L’Aide personnalisée au retour à l’emploi (APRE)

C’est la seule solution d’aide au financement d’une formation dont peuvent bénéficier les demandeurs d’emploi ayant pour seule rémunération le RSA.

 Qu’est-ce que l’APRE ?

L’APRE est un dispositif d’aide de l’État géré par les conseils généraux. Elle prend en charge les frais liés aux actions des bénéficiaires du RSA en vue de leur réinsertion.
Et cela, qu’il s’agisse de reprendre un emploi, commencer une formation ou créer une entreprise.

En resumé, il y aura le versement d’un montant forfaitaire en cas de reprise d’une activité professionnelle. Il peut aussi s’agir de la prise en charge des dépenses effectuées en vue :

  • d’une réinsertion professionnelle,
  • d’un déménagement,
  • de la garde d’enfant,
  • de la réparation d’une voiture,
  • et aussi une formation dans un secteur à forte employabilité.

 Quelles sont les conditions d’attribution de l’APRE ?

Les conditions suivantes sont exigées pour y prétendre :

  • être inscrit au Pôle Emploi ;
  • être bénéficiaire du RSA soumis à une obligation d’insertion professionnelle (PPAE, CER) ;
  • disposer de moins de 500 euros de revenus mensuels ;
  • être sur le point de reprendre un travail, commencer une formation ou créer une entreprise ;
  • avoir adressé une demande d’aide avant l’engagement de toute dépense.

Le montant des aides attribuées est compris entre 2 000 et 3 000 euros par année civile. La somme due est versée directement au prestataire ou à l’organisme.

De plus, pour un demandeur d’emploi bénéficiaire du RSA intéressé par une formation aux métiers de l’aérien, cette aide peut servir à couvrir tout ou une partie de ses frais de formation. Notamment l’inscription dans un organisme de formation et éventuellement d’autres frais annexes.

 Quelle est la procédure de demande de l’APRE ? 

Pour ce qui est des règles de demande et d’attribution, elles sont établies par les conseils départementaux. La décision d’attribuer ou non l’aide sollicitée leur appartient également. Toutefois, dans la plupart des cas, voici la procédure :

  • la soumission à son référent par le demandeur de son projet dont la faisabilité et la pertinence seront évaluées au regard de la situation du demandeur et de celle de l’emploi ;
  • l’établissement par le référent et le demandeur d’une fiche de demande de l’APRE qui va être transmise à l’administration compétente en vue de son instruction. La demande doit être accompagnée de tous les justificatifs, notamment une attestation d’inscription délivrée par un organisme de formation le cas échéant ;
  • l’instruction de la demande au niveau des services départementaux qui ont en charge la gestion de l’aide ;
  • en cas de réponse positive, versement de l’aide, dans la majorité des cas, au prestataire de l’action à financer (garagiste, organisme de formation…).

À noter que la décision de refus peut faire l’objet d’un recours. Dans ce cas, il faudrait prendre conseil auprès de son référent.

 

Pour en savoir plus sur les autres dispositifs d’aide, se référer aux articles suivants :

Quelle que soit sa situation personnelle, il existe, en dehors de l’APRE, un dispositif d’aide à la formation de toute personne au chômage.

🚀 Prêt à embarquer vers le succès ? 

Découvrez nos différents types de formations diplômantes et certifiantes.

Votre centre de formation à Roissy en France :

MÉTIERS

FORMATIONS

%

CERTIFIÉ

Financer ma formation avec le FONGECIF

Financer ma formation avec le FONGECIF

financer ma formation avec le fongecif

Si les métiers de l’aéroport vous intéressent, il est évident que vous devez vous former avant de pouvoir y accéder. Dès lors, la question du financement se pose.
En particulier, lorsqu’il s’agit d’une formation qualifiante. Si jusqu’au 1er janvier 2019, il était possible de faire appel au Fongecif pour solliciter un financement dans le cadre du Congé individuel de formation (CIF), le dispositif a aujourd’hui évolué.

À la question : comment obtenir un financement de formation par fongecif ? On répondra qu’il faut recourir au dispositif du projet de transition professionnelle.

Retrouvez également notre Guide complet pour financer votre formation.

Financer ma formation avec le FONGECIF

 Les Fongecif ont cédé leurs places aux CPIR

Dans le but de simplifier l’accès aux formations professionnelles à l’ensemble des salariés, il a été substitué aux Fongecif : des Commissions paritaires interprofessionnelles régionales (CPIR). Tout comme l’ancien dispositif, le CPIR a pour vocation : de financer les formations certifiantes de tout salarié désireux de faire une reconversion professionnelle ou une formation professionnelle. 

Par région, il est institué une CPIR (dénommée Association Transition Pro, ATpro). Celle-ci est administrée par une association paritaire composée des représentants des syndicats de salariés et des représentants des organisations professionnelles d’employeurs.

📍 On vous aide à trouver votre CPIR 

Ainsi, depuis le 1er janvier 2020, le congé individuel de formation a été remplacé par le CPF de transition que l’on désigne aussi sous le terme de Projet de transition professionnelle (PTP).

 Le CPF de transition professionnelle

Le CPF de transition n’est pas à confondre avec la Formation CPF. En effet, la formation au Titre du CPF a été instituée pour faciliter l’accès à la Formation DIF (Droit individuel à la formation). Elle permet de relever son niveau de qualification professionnelle. Effectivement, la formation CPF permet de vous former en dehors des heures de travail.
À cet effet, vous devrez créer un compte sur la plateforme dédiée (on vous explique ici Comment créer son CPF).

Par ailleurs, le CPF et le PTP ont simplement en commun la mobilisation des fonds par défaut au profit du salarié. Le projet de transition professionnelle est un dispositif qui offre à tout salarié en CDI la possibilité d’obtenir un financement en vue de suivre une formation. Cela permet au travailleur de faire une reconversion professionnelle ainsi que de recalculer son niveau de qualification. Dans ce cadre, il pourra obtenir de la part de son employeur une autorisation d’absence avec maintien du salaire. L’employeur ne peut pas refuser la demande de congé, sauf pour motif impérieux.

L’action de formation choisie par le salarié ne doit pas être obligatoirement en lien avec son métier actuel. Toutefois, elle doit viser un développement des compétences ouvrant la voie à un changement de vie professionnelle. Si vous souhaitez donc vous faire former dans un organisme de formation aéroportuaire comme Clef Job Academy, cela est tout à fait possible. Toutefois, une validation des acquis de l’expérience ou un bilan de compétences seront au préalable requis.

VOTRE COMPTE CPF

 Les conditions d’éligibilité

Plusieurs conditions sont requises pour être éligible au titre du CPF. Si vous les remplissez, vous n’aurez pas forcément besoin de passer par Pôle Emploi.
Voici donc les catégories de personnes pouvant y accéder :

  • les salariés en CDI ayant travaillé au moins un an au sein de l’entreprise et totalisant au moins deux années de travail.
  • les salariés en CDD à condition de justifier de 24 mois d’activités salariées sur les 5 dernières années, avec au moins 4 mois de CDD pendant la dernière année.
  • un demandeur d’emploi qui remplit les mêmes conditions que le salarié en CDD, mais dans ce cas, le début de sa formation doit être programmé dans les 6 mois suivant la fin de son dernier contrat de travail.

Par ailleurs, il est prévu des exceptions au profit des travailleurs handicapés, mutilés de guerre et assimilés, et les licenciés économiques n’ayant pas suivi de formation entre la fin de leur ancien emploi et le début de leur nouvelle vie professionnelle.

 Les démarches à accomplir pour obtenir un accompagnement PTP

Pour bénéficier du PTP, vous devez accomplir plusieurs formalités distinctes :

Préparer son projet

Les critères d’évaluation des candidatures étant très stricts (cohérence du projet, pertinence de la formation, perspectives d’emploi, etc.), il est préférable de bien monter votre projet avant de le soumettre. Cela est valable, aussi bien pour un demandeur d’emploi que pour les salariés en CDI.

À cet effet, la nouvelle réforme de la formation professionnelle a instauré des Conseils en évolution professionnelle (CEP). Ils ont pour mission, entre autres, l’accompagnement des candidats au CPF de transition. Ils pourront vous informer et vous conseiller durant toute votre démarche, notamment pour ce qui est du choix de la formation, de l’Organisme de formation et des modalités de financement. Cet accompagnement pourra également déboucher, sur une proposition d’un bilan de compétences ou une validation des acquis de l’expérience.

📍 Où trouver votre conseiller en évolution professionnelle

Adresser une demande d’autorisation d’absence

L’entrée en formation DIF requiert l’autorisation formelle de l’employeur. Pour ce faire, vous devrez envoyer, par lettre recommandée avec accusé de réception, une demande indiquant :

  • les dates de début et de fin de la formation
  • sa durée et sa désignation
  • le centre de formation.

L’employeur dispose d’un délai de 30 jours pour communiquer sa réponse, faute de quoi, son silence sera considéré comme une acceptation. Dans les faits, il ne peut pas refuser d’accorder le congé au salarié, mais il a la possibilité de différer l’autorisation d’absence de 9 mois au plus. Dans ce cas, il devra prouver que l’absence du salarié en question aura des répercussions négatives sur la bonne marche de l’entreprise.

📍 On vous aide à trouver votre CPIR 


Adresser votre demande à la CPIR compétente

Lorsque le dossier est finalisé, il doit être transmis à l’organisme financeur dont vous dépendez. L’obtention de l’accord préalable de l’employeur est exigée avant la mise à l’étude du dossier.

Après instruction, la CPIR émet un avis motivé qui peut être favorable ou défavorable. En cas d’avis défavorable, vous disposez d’un délai de recours de 2 mois à compter de sa notification. En raison du nombre important des demandes et des délais d’instruction rallongés, il est prudent de soumettre son dossier au moins 6 mois avant le début de la formation envisagée.

 L’entrée en formation

L’entrée en formation pour un développement des compétences du salarié renvoie à certaines implications.

Quel est le nouveau statut du salarié ?

L’entrée en formation n’entraîne aucune conséquence sur le contrat du salarié. Celui-ci conserve tous ses droits, notamment sa protection sociale et sa couverture contre les accidents du travail. Dans la mesure où son temps de formation est considéré au même titre que le travail effectué en entreprise, il continuera à acquérir des congés payés, des droits d’ancienneté et tous les avantages accordés au personnel.

Par ailleurs, en tant que salarié, vous devrez prouver votre assiduité dans le centre de formation choisi. Vous pourrez réintégrer votre poste à la fin des sessions d’encadrement.


Comment le salarié est-il rémunéré ?

Durant la formation, la rémunération du stagiaire est prise en charge par la CPIR. Cette rémunération est versée par l’employeur qui sera par la suite remboursée.
Elle est calculée sur la base d’un salaire de référence.

Si vous n’êtes pas éligible à ce dispositif, et que vous peinez à trouver un organisme de formation, sachez que d’autres mesures de financement sont disponibles : le RSA, l’appui de la Mission Locale et le Pôle Emploi

🚀 Prêt à embarquer vers le succès ? 

Découvrez nos différents types de formations diplômantes et certifiantes.

Votre centre de formation à Roissy en France :

MÉTIERS

FORMATIONS

%

CERTIFIÉ

Financer ma formation avec la Mission Locale

Financer ma formation avec la Mission Locale

financer ma formation avec la mission locale

Vous êtes en recherche d’emploi et passionné par l’aviation ? Vous souhaitez accéder à une formation et vous ouvrir la voie du secteur de l’aérien ?
Vous avez entendu parler de la mission locale et vous vous demandez si elle peut payer une formation ? On en parle dans cet article.

Retrouvez également notre Guide complet pour financer votre formation

Financer ma formation avec la Mission Locale

 La Mission Locale, un intermédiaire de financement

Les missions locales ont été créées dans le but d’aider à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes de 18 à 25 ans. Elles sont rattachées aux municipalités dans lesquelles elles sont implantées. De plus, elles assurent une mission de service public en faveur de l’emploi. En effet, pour remplir leur fonction, elles utilisent les moyens que l’État et les Collectivités Territoriales mettent à leur disposition.

Tout d’abord, il est important de dire que leurs actions s’adressent en priorité aux jeunes décrocheurs (ceux qui ont quitté l’école sans diplôme) sans emplois.
Les jeunes demandeurs d’emploi qui se présentent à la mission locale peuvent y trouver un soutien et un accompagnement. Par exemple : dans le cadre d’une orientation professionnelle, d’un développement de compétences, de la construction d’un dossier d’apprentissage, d’une mise en relation avec un potentiel employeur, etc.

Son rôle, n’est pas d’octroyer des aides pour financer des formations. Cependant, elle peut, dans le cadre de son accompagnement : trouver une aide financière.

 Les aides financières de la mission locale

Tout d’abord, il vous faudra trouver votre mission locale
Ensuite, si votre situation individuelle le permet, la mission locale peut, vous obtenir des aides spécifiques : 

Le Fonds d’aide aux jeunes (FAJ)

Ce dispositif, géré par les Conseils Départementaux, permet d’obtenir une aide en cas de grandes difficultés financières.
Destiné aux jeunes adultes, il permet : d’allouer des aides financières à ceux qui ne peuvent pas bénéficier d’autres aides sociales.
Sont donc concernés :

  • les employés et étudiants de moins de 25 ans, non boursiers, en difficultés financières
  • les jeunes demandeurs vivant loin de leurs parents ou en rupture familiale.

Il faut savoir que cette aide est plafonnée à 1 000 euros et permet de résoudre des problèmes en lien avec : l’emploi, l’hébergement, la mobilité et la santé.


Le Parcours Contractualisé d’Accompagnement vers l’Emploi et l’Autonomie (PACEA)

Il s’agit d’un engagement entre la mission locale et un jeune. Il vise à favoriser son intégration au monde professionnel auprès d’un employeur.
Ce contrat est limité à 24 mois. En résumé, le bénéficiaire et un conseiller vont se mettre d’accord sur des objectifs et la mise en place d’un nombre d’actions.

De plus, il peut s’agir d’actions de formation (apprentissage ou alternance). Elles peuvent déboucher sur un diplôme, une embauche, des stages de qualification professionnelle, d’accompagnement école, etc. Dans ce cas de figure, le conseiller pourra mobiliser : l’ensemble des moyens de la structure.

En contrepartie de cet engagement, l’intéressé peut avoir une allocation financière. Elle est accordée uniquement si celui-ci ne dispose d’aucune source de revenus.
Depuis le 1er avril 2020, cette allocation s’élève à 497,01 euros.

Les aides à la mobilité

Pour les jeunes demandeurs d’emploi, la mission locale peut obtenir des chèques de mobilité. En d’autres termes, des bons échangeables contre des titres de transport.
À noter, qu’ ils sont aussi utilisables par les personnes en formation.

Afin de faciliter vos déplacements, il est également possible d’obtenir une aide pour le permis de conduire. Pour les plus nécessiteux, certaines collectivités offrent des bourses pour le permis pouvant atteindre 1 200 euros. Pour cela, il faudra vous renseigner afin de savoir si cette bourse existe dans votre région.

 La mission locale peut vous aider dans votre parcours de formation

Même si elle n’attribue pas directement d’aides pour les jeunes, la mission locale peut les guider dans leur recherche.

L’aide à l’élaboration du parcours d’insertion

Grâce à son expertise, la mission locale est en mesure d’accompagner tout jeune dans son projet d’insertion professionnelle par la formation :

  • Diagnostic et orientation :
    Premièrement, en fonction de la situation personnelle de chaque intéressé. Les agents des missions locales pourront après un diagnostic de ses compétences, l’orienter vers le centre de formation le plus adapté. Qu’il s’agisse : d’une formation initiale, d’une formation en alternance ou en continue.
  • Les ateliers de pédagogie personnalisée (APP) :
    Ensuite, si le parcours de formation choisi par le jeune ne lui est pas accessible à cause d’insuffisances de ses connaissances, il pourra bénéficier d’une remise à niveau.
    Grâce à des ateliers qui lui permettront d’atteindre les prérequis à la formation qu’il vise. La méthodologie utilisée dans ces ateliers permet : l’acquisition d’autres aptitudes telles que l’autonomie, la confiance en soi et le sens des responsabilités.
  • Les formations pré-qualifiantes :
    Elles ont pour but d’initier les candidats à une formation certifiante au métier qu’ils désirent pratiquer. Dans ce contexte, ils pourront effectuer des stages de découverte.
    Grâce à cela, ils s’imprégneront des pratiques et bases du métier dans le but d’acquérir une première expérience. C’est une formation courte qui peut déboucher sur la validation partielle d’une qualification. 

L’aide à la recherche de financement

Les missions locales collaborent avec un large réseau d’organismes publics ou semi-publics. Grâce à cela, le conseiller d’une mission locale est en mesure d’orienter tout candidat vers d’autres sources de financement. Et cela, selon son projet de formation et sa situation personnelle.

  • Le Compte formation professionnelle (CPF) : il permet une prise en charge de la formation via un compte crédité de 24 heures par année de travail.
    Ces heures sont ensuite converties en argent et mises à la disposition du salarié pour payer sa formation

    On vous explique : Qu’est-ce que le CPF  et Comment créer son compte

     

  • Pôle Emploi : à travers son dispositif du Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi (PPAE), les jeunes chômeurs qui suivent une formation peuvent obtenir une aide.
    On vous explique : Le financement Pôle Emploi
     
  • Le Fongecif : Si jusqu’au 1er janvier 2019, il était possible de faire appel au Fongecif pour solliciter un financement dans le cadre du Congé individuel de formation (CIF), le dispositif a aujourd’hui évolué. Toutes les informations sur ce nouveau dispositif 

Pour conclure, il est important de notifier que le conseiller de la mission locale en plus d’orienter le bénéficiaire, se chargera de l’aider à constituer son dossier pour les aides
citées ci-dessus. 

🚀 Prêt à embarquer vers le succès ? 

Découvrez nos différents types de formations diplômantes et certifiantes.

Votre centre de formation à Roissy en France :

MÉTIERS

FORMATIONS

%

CERTIFIÉ

Interview Agent de Piste

INTERVIEW AGENT de piste

Qu’est ce que c’est qu’un Agent de piste ? LAgent de piste fait partie des services de piste d’une compagnie aérienne qu’il représente.
Il travaille donc au pied des avions et sur le tarmac. L’Agent de piste se détermine par sa polyvalence. Jean superviseur de Chargement à Roissy Charles De Gaulle,
vous présente à travers cet interview, ce métier de passion.

Qu’est-ce qu’un Agent de piste ? 

” Un Agent de piste, ça regroupe plusieurs corps de métiers. Il y a de la polyvalence. Il y a le chargement et le déchargement des avions.
Il y a le placement des avions. Il y a le départ au casque, anglais ou français. Ainsi que le repoussage des avions, qui s’appelle : trackist.

Pourquoi avoir choisi le monde de l’aérien ?

“Tout simplement : une passion ! Quand j’étais plus jeune, mon père, il m’emmenait tous les ans au salon du Bourget. C’est devenu une passion.

Pourquoi avoir choisi le métier d’Agent de piste ?

” À mon époque, on rentrait à l’aéroport par le biais de l’intérim. Donc de là, j’ai eu plusieurs expériences en intérim. Le métier qui m’a le plus plu, c’était la piste. Il y a avait un contact directement avec les avions, j’étais vraiment sur le terrain, en face de l’avion. C’est ce que, vraiment, j’appréciais.

Quelles qualités avoir pour être Agent de piste ?

” Les qualités nécessaires, pour être Agent de piste, à mes yeux, il y en à 3 : L’esprit d’équipe, la rigueur et la maîtrise de soi !
La maîtrise de soi, pourquoi ? Parce que, on travaille pour des gros clients, des grosses compagnies aériennes. En l’occurrence: Emirates et Qatar.
Donc étant prestataire pour ces compagnies, nous devons donner une bonne image.

Pourquoi faut-il se former pour travailler dans l’aérien ?

” Tout simplement, parce que ne pas être formé, ce serait un danger ! Ce serait inconcevable de graviter autour d’un avion, sans avoir les connaissances nécessaires. Il y a des règles de procédure et de sécurité, C’est pour cela, qu’en fait, il faut passer une formation, dans un centre de formation reconnu, afin d’acquérir toutes ces connaissances.

FORMATION AGENT DE PISTE

Comment s’organise la journée d’un Agent de piste ?

J’arrive le matin, je consulte World bridge : c’est un tableau, qui réparti les tâches pour chaque agent. Sur le World bridge, il y a le numéro des vols que l’on va effectuer.
Après, c’est à nous de chercher sur le TVM : à quelle heure, il va arriver. Et de là, on prépare notre dossier de vol, on prépare notre équipe. Et on va sur le tarmac, afin d’effectuer les opérations.

Quel est le salaire d’un Agent de piste ?

Un agent de piste, à ses débuts, il va commencer à gagner 1 600€. Vraiment, à ses débuts. Et plus il va évoluer dans le temps, plus il va prendre des qualifications,
et le salaire va augmenter en conséquence.”  

Quelles perspectives pour l’avenir d’un Agent de piste ?

” Les perspectives d’évolution pour un Agent de piste, tout Agent de piste, son rêve c’est : être Chef d’équipe. Certains, après, ils vont plus sur le technique : tout ce qui est :
push, départ au casque, etc. Mais en priorité, c’est être Chef d’équipe.On peut, soit évoluer du côté des métiers techniques : Leader piste, Chef piste.
Et aussi, du coté encadrement. Donc pourquoi pas devenir : Régulateur ou, pourquoi pas, Responsable d’Escale de permanence.
J’encourage tout le monde : À venir se faire former chez Clef Job Academy.”

🚀 Prêt à embarquer vers le succès ? 

Découvrez nos différents types de formations diplômantes et certifiantes.

Votre centre de formation à Roissy en France :

MÉTIERS

FORMATIONS

%

CERTIFIÉ

0