Top 3 des innovations énergétiques

dans le secteur de l’aérien

Aujourd’hui mercredi 8 décembre, c’est la journée mondiale du climat. Pour cette occasion, nous nous sommes penchés sur les innovations actuelles dans le secteur de l’aérien. Comptant parmi les plus gros émetteurs d’émissions de CO2, les acteurs de ce secteur se sont engagés à réduire leurs émissions de 50 % en 2050 puis à respecter la neutralité carbone d’ici 2060.

Par quels moyens vont-ils y arriver ? On tente de vous donner des pistes dans cet article.

Les aéroports, futurs hubs d’hydrogène

Afin d’aider le secteur aérien à alléger son bilan carbone, les aéroports vont dans un futur proche accueillir des infrastructures dédiées à l’hydrogène. Ces structures serviront principalement à l’avitaillement et aux opérations au sol. Initiateur de ce projet, Airbus, Air Liquide et Vinci Airports ont annoncé un partenariat qui aura pour objectif de développer l’usage de l’hydrogène. En vue, la constitution d’un réseau aéroportuaire européen nécessaire pour l’accueil du futur avion à hydrogène, l’airbus zeroe

Première pierre à l’édifice : un site pilote au sein de l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry en 2023. En amont, sera planifiée, l’installation d’ une station d’hydrogène, destinée à alimenter des véhicules dans l’enceinte de l’aéroport. Puis entre 2023 et 2030, seront déployées les infrastructures d’hydrogène liquide qui permettront le chargement d’hydrogène dans les réservoirs des futurs avions à hydrogène.

En marge de cette initiative,  Le Groupe ADP, Air France-KLM, Airbus, la Région Île-de-France avec le soutien de Choose Paris Region ont lancé conjointement un appel à manifestation d’intérêt (AMI) nommé « H2 HUB AIRPORT » qui a pour objectif d’explorer les différentes solutions offertes par l’utilisation d’hydrogène dans la aéroports franciliens. Déjà 11 Lauréats ont été sélectionnés pour leurs projets.

Et l’Europe n’est pas en reste ! Lancé par Brussels Airport, le projet Stargate va permettre à 21 partenaires de travailler sur une trentaine de projets visant à rendre le secteur de l’aviation et les aéroports moins dépendant des énergies fossiles. 

Affaires à suivre ! 

Les avions font le plein de biomasse

L’hydrogène évoqué plus tôt, est un des carburants envisagés pour supplanter l’essence. Mais d’autres sont déjà à l’essai ! Sur la péninsule ibérique, Vueling associé à Repsol dans un accord de collaboration a effectué mercredi son premier vol avec du carburant durable qu’elle produit elle-même dans son centre de Tarragone à partir de biomasse.

Ce vol opéré en Airbus A320, reliant Barcelone à Séville, a permis de réduire de 2,5 tonnes d’émissions de CO2 rejetées, grâce à l’efficacité fournie par l’avion de nouvelle génération. Vueling accélère la transition avec un engagement à utiliser 10 % de SAF (sustainable aviation fuels) d’ici 2030. Cela vient confirmer la viabilité de l’utilisation de carburants qui utilisent des ressources entièrement durables telles que les déchets urbains et la biomasse. 

Leader dans son secteur de  la transition énergétique, Vueling a intégré depuis 2012, différentes initiatives qui permettent de réduire au maximum les émissions. Par exemple, elle a remplacé tous les sièges de sa flotte par un nouveau modèle plus léger, le Slim Seats, et a digitalisé toute la documentation de ses avions, éliminant ainsi 75kg de papier par vol. 

En outre, les pilotes appliquent une série de mesures d’efficacité opérationnelle telles que la configuration optimale des volets, le roulage avec un seul moteur, l’utilisation d’un niveau et d’une vitesse de vol optimisés, ainsi que d’autres initiatives permettant de réduire les émissions de CO2. 

¡Viva España!

L’intérieur des avions s’allège

L’industrie aéronautique fait partie de celles qui investissent le plus dans la recherche et le développement. On évalue à plus de 15% le chiffre d’affaires consacré à la R&D. Reconnu pour son appétit technologique, ce secteur est l’un des premiers à avoir adopté la fabrication additive. Longtemps employée comme une technologie de prototypage, l’impression 3D se retrouve aujourd’hui dans des pièces structurelles des aéronefs. De l’intégration de formes complexes à la réduction du poids des pièces permettant de faire des économies de carburant, l’industrie aéronautique a compris l’intérêt de l’impression 3D pour répondre aux objectifs écologiques. Si la certification des produits, tout comme la qualification et la normalisation constituent un défi de taille pour la fabrication additive dans ce secteur, des centaines de milliers de pièces 3D certifiées volent d’ores et déjà sur des aéronefs commerciaux et militaires.

Selon un rapport du cabinet Market Research Future, le nombre d’entreprises et de fournisseurs certifiés pour la fabrication additive dans l’aéronautique et le spatial aurait même crû de 23 % entre 2017 et 2018. Pour exemple, penchons-nous sur les nouveaux sièges Altran. L’entreprise française, spécialiste de l’ingénierie, a présenté lors de l’Aircraft Interiors Expo son prototype de siège imprimé en 3D. Léger, confortable et surtout moins coûteux à produire. 

Peter Fintl directeur de la recherche chez Altran s’exprime à son sujet : « l’impression 3D est un moyen non seulement de diminuer l’empreinte écologique de l’industrie aéronautique – en prélevant moins de matière première pour la fabrication – mais aussi des compagnies aériennes, en réduisant le poids de la cabine et donc les besoins en énergie fossile pour faire naviguer l’avion ».

À titre de comparaison, lorsqu’une voiture émet par passager, 85g de CO2 /km, un avion en émet 145g. Le chiffre chute à 20g pour un bus, 10g pour un train grande ligne et 3,5 pour un TGV. Depuis une décennie, tous ces acteurs du transport ont réalisé de réels investissements pour réduire leurs émissions de CO2. Il apparaît donc normal de se questionner sur le retard du secteur aérien alors même que tous les bus des villes de plus de 500 000 habitants en France et en Europe roulent au biogaz.

Votre centre de formation à Roissy en France :

Statistiques année 2020

heures de formation

%

de stagiaires satisfaits

%

de réussite aux examens

de note Google sur 549 avis

logo-clef-job-academy-formation

Adresse : Parc des Reflets, 165 Avenue du Bois de la Pie Bâtiment K, 95700 Roissy-en-France

Téléphone : 01 84 04 01 42

Qui sommes-nous ?

À propos de nous

Notre Blog

Mentions légales

  Politique de confidentilité

Conditions Générales de Vente

Nos formations

Métiers Aéroportuaire

Aide à la personne

Entrepreneuriat

Où nous trouver ?

Notre centre de formation est accessible aux personnes en situation de handicap.

Copyright ©2021 Tous droits réservés | CLEF JOB ACADEMY.

0